Mara la Petite Girafe

Je vais vous conter l’histoire de Mara, la petite girafe.
Elle est née à Paris dans un très vieux zoo, où on l’avait placée dans une belle cage dorée.
Au début Mara était toute petite et la cage grande. Mais au fur et à mesure qu’elle grandissait, la cage rapetissait. Quand Mara fut grande, la cage était vraiment trop petite, tellement petite que Mara devait courber la tête vers le bas.
Vous allez me dire qu’il n’avait qu’à changer de cage, en acheter une plus grande ! Mais ce n’était pas possible, le zoo n’avait pas les moyens et c’était la plus grande cage qu’il possédait. Et puis de toute façon, à quoi bon, lorsque Mara aurait atteint l’âge adulte, elle pourrait repartir en Afrique, en liberté.
C’est ainsi que Mara vécut dans sa petite et belle cage dorée, la tête toujours courbée.
Et puis, un jour elle eu l’Age ! On la transporta par bateau dans sa cage. Un fois arrivée sur le continent Africain, la cage fut déchargée sur le port et on l’ouvrit… Mara en sortit, elle était enfin libre… Cependant elle ne pouvait se redresser. A chaque fois qu’elle essayait, hop, au bout de 2-3 centimètres sa tête se bloquait.
Mara rencontrait différents animaux et elle leur demandait « comment faites-vous pour être droits ? ». Certains lui répondait « ben c’est facile, tu te redresses et hop voilà ! ». D’autres ne lui répondaient même pas, l’évitaient et la plantaient là. Certains même allaient à se moquer d’elle.
C’était difficile pour Mara, elle était enfin libre mais elle ne pouvait en profiter. Elle ne pouvait voir les beaux paysages. Elle ne pouvait pas manger les fruits en haut des arbres.
Et puis, un jour, une girafe s’approcha d’elle et lui dit : « Salut ! Moi c’est Néo ! Moi aussi j’étais plié comme toi avant

  • Ah oui ? Et comment tu as fait pour te redresser ?
  • Et bien, il y a un sage dans une antique cité dans le désert que je suis allé voir. Et là bas j’ai vécu une expérience incroyable avec lui et aujourd’hui je suis droit !
  • Et qu’est ce que tu as vécu là bas?
  • Et bien, je ne peux pas te raconter ce que j’ai vécu parce que cela perdrait de sa magie. Mais si tu veux, je peux t’accompagner jusqu’aux portes de la cité. »

Mara accepta sur le champ. Elle et Néo partirent dans le désert pour la cité antique.
Arrivés aux portes de la cité, Néo lui dit qu’il devait rester là, que maintenant elle devait entrer dans la cité, aller consulter le sage seule et lui expliquer son histoire.
Mara franchit les portes, elle pénétra dans une immense cour entourée de vieux mûrs à moitié écroulés. Au milieu se trouvait une estrade et sur l’estrade se tenait le sage calme, majestueux. Mara s’approcha de lui et lui expliqua qui elle était, sa vie à Paris, la cage dorée, son cou bloqué.
Quand elle eut fini, le sage, sans mot, acquiesça de la tête et saisit une craie. Il s’approcha d’un mur, se courba et commença à écrire d’abord sur le sol et puis sur le mur jusqu’à bout de bras.
Mara s’approcha et commença à lire sur le sol :
« Il n’y a de barrières, puis suivant sur le mur, que celles que tu te mets et celles que tu entretiens…, en continuant sur le mur de plus en plus haut, SI TU VEUX, TU PEUX » et Mara redressée s’exclama: « Si je veux, je peux ?!!! »