Métaphore : pour un enfant qui craint l’entrée au CP

Il était une fois, dans une lointaine forêt, très grande et luxuriante, une famille d’ours.

Depuis quelques mois, la famille s’était agrandie, avec la naissance d’un ourson tout mignon.
Après avoir été câliné par sa maman et son papa pendant plusieurs mois, ceux-ci avaient estimé que le temps était venu pour lui d’apprendre à se débrouiller tout seul comme un grand dans la forêt.
Maman Ours commença à lui apprendre à marcher, à grimper aux arbres, puis un jour de printemps, papa ours décida de lui apprendre à pêcher des poissons dans la rivière avoisinante.

Comme chacun le sait les ours adorent les poissons et ourson se régalait, lui aussi de belles truites que ses parents lui ramenaient.
Et tous les matins très tôt, papa ours réveillait ourson, et tous deux se dirigeaient vers la rivière fraîche afin de commencer à pêcher. Il lui montre une fois, deux fois de nombreuses fois et lui dit que maintenant c’était à son tour.
Alors, Ourson s’approchait rapidement de l’eau, plongeait ses grosses pattes maladroitement et tentait d’attraper les truites très rapide, mais sans aucun résultat !!

Elles s’enfuyaient avant qu’il ait eu le temps seulement de les toucher.
Il n’arrivait à attraper aucun poisson ce qui le désolait et l’attristait profondément et il commençait à penser qu’il était peut être un ourson pas doué !
Jusqu’à ce qu’un beau jour, énervé de na pas arriver à attraper un seul poisson, et commençant à penser qu’il n’y arriverai jamais, il s’en alla triste tout seul dans la forêt, et décida qu’il ne mangerait plus de poisson de toute sa vie, même qu’il ne l’aimerait plus, il les détesterait puisque de toute façon il ne savait pas les pêcher !

Alors, il se persuada que sa seule nourriture serait du miel. ça il savait l’attraper en mettant sa grosse patte dans les ruches, ça ne bougeait pas, c’était facile et c’était bon !!!

Et ce jour là, les babines pleines de miel, il rencontra la famille des rossignols. L’ourson s’arrêta, les salua et observa les oisillons essayer un vol, deux et de nombreux autres vols ; Certains oisillons déployaient enfin leurs ailes, certains faisaient quelques mètres puis retombaient, remontaient jusqu’au nid, la mère les regardait faire et leur dit « de la même façon que vous avez réussi à sortir de vos coquilles, appris à marcher, à siffler de belles mélodies, à décortiquer les asticots vous apprendrez à voler, et là vous verrez de magnifique paysages, vous entendrez les vent vous parler dans les oreilles et vous sentirez de belles sensations de liberté et vous serez heureux d’arriver à réaliser ce vous voulez. »

Et les piaillements de joie des oisillons étaient si extraordinaires quand il réussissaient à voler que l’ourson en avait le cœur tout ému.
Et à cause de cela, ourson décida de retourner apprendre.
Et à cause de cela, ourson essaya de nouveaux mouvements pour rentrer ses pattes dans l’eau plus ou moins rapidement.
Et à cause de cela, ourson redoubla d’énergie et finesse dans ses gestes, ses sensations, il commença à observer les poissons leurs habitudes, observa les oiseaux pêcher avec habilité et rapidité ces poissons.
Jusqu’à ce que finalement l’ourson accepte que chaque erreur était constructive et lui permettait d’améliorer sa technique.

Et depuis ce jour là, ourson est devenu un excellent pêcheur de poisson, le plus rapide de toute sa tribu.

Il adore manger truites et saumons et en ramener à sa famille si fière de lui.

tiré de : « Métaphore pour un enfant qui craint l’entrée au cp »